Chine émet les premiers certificats d’énergie verte à 20 projets d’énergie renouvelable

windmillLe Centre National de l’Energie Renouvelable de Chine a récemment approuvé et délivré le premier lot de certificats  d’énergie verte du pays dans 20 projets d’énergie renouvelable. Ces certificats sont mis en place dans le cadre de la politique amélioration de la production d’énergie renouvelable du pays.

Les projets sont situés dans six provinces et régions, y compris les provinces du Jiangsu, du Shandong et du Hebei, ainsi que la région autonome du Xinjiang.
Le certificat vert est un produit commercialisé qui prouve que certaines sources d’énergie électrique sont générées à l’aide de sources d’énergie renouvelables et constituent un certificat numérique délivré par les autorités chinoises à l’entreprise qui produit d’électricité en fonction de leur contribution a l’énergie renouvelable non-hydraulique au réseau électrique.

C’est une confirmation et une preuve de la capacité de production d’énergie renouvelable d’origine non hydrologique.
Les projets dans le premier lot de certificats sont lancés par plusieurs sociétés d’énergie, y compris China Huaneng Group, China Huadian Corporation, China Energy Conservation Investment Corporation et China Hydropower Engineering Consulting Group, entre autres.
Selon les politiques pertinentes, les certificats verts seront émis en lots. Les projets photovoltaïques et éoliens terrestres sont admissibles aux certificats sur une plate-forme d’inscription en ligne désignée après avoir reçu certaines approbations. Le Centre national de l’énergie renouvelable de Chine examinera périodiquement les critères, y compris la liste des entreprises qui reçoivent les subventions et le montant de l’électricité produite chaque mois en vue de la délivrance des certificats écologiques correspondants.

Au total, 230 135 certificats, chacun représentant 1 MWh d’énergie à partir de sources renouvelables, ont été délivrés, couvrant une capacité totale de 112,5 MW installée.

La Chine prévoit augmenter sa part de consommation d’énergie primaire non-fossile de 12 à 15 % d’ici 2020.